L'intégralité du programme proposé à Nantes et Saint-Nazaire en PDF

2023 – La beauté

Chers amis,

Voici le programme des Rencontres de Sophie 2023 qui ont pour thème « La beauté ».

Ces journées philosophiques se dérouleront les 8, 9, 11, 16 mars 2023 à Nantes et les 17-18 mars 2023 au Théâtre de Saint-Nazaire.

Au grand plaisir de s’y retrouver. N’hésitez pas à en parler autour de vous et à inviter vos amis.

Nous comptons sur vous 😉

« Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire ! »

 ————————

Présentation du thème :

Que serait une existence humaine sans l’expérience de la beauté ?
Un corps, une chanson, l’éclat d’un poème, la majesté d’un édifice, la pureté d’une forme, autant de réalités, prosaïques ou sublimes, qui peuvent déclencher en nous un émerveillement, une émotion à la fois singulière et commune. On dit alors : « c’est beau », sans bien savoir de quoi il s’agit. Sans doute d’abord d’un plaisir, des sens et de l’esprit ; mais aussi de la reconnaissance d’une qualité, une harmonie souvent, dont nous sommes bien en peine de décider si elle est dans cet objet même, ou tient à l’effet qu’il provoque en nous ; d’un jugement enfin, qui généralise et communique notre sensation, jusqu’à en faire parfois l’expression d’un partage du sensible.

Les Rencontres de Sophie 2023 vous proposent, par l’effort conjoint de la philosophie, des arts et des sciences humaines, d’explorer cette expérience, d’en mieux comprendre les ressorts, d’en apprécier les multiples visages, mais aussi de réfléchir ensemble à cette pluralité des beautés – musique, pièce de théâtre, installation, paysage – et à ce qui fait leurs différences.
Abécédaire, conférences, débats, table ronde, lecture, films, tenteront de saisir la beauté du monde et des œuvres, des choses et des êtres, sans quoi il serait impossible pour l’homme d’habiter le réel.

Sont annoncés : Agnès LEVITTE, André GUIGOT, Bernard SEVE, Bethsabee PARRY, Boris MISURA, Camille DREYFUS-LE FOYER, Camille MOUFLIER, Catherine DROUET, Céline BELLOQ, Cyril HUNAULT, Etienne De CHASSEY, Evelyne GUILLEMEAU, Franck ROBERT, Henri ELIE, Jean-Christophe BAILLY, Jean-Claude PINSON, Jean-François CREPEL, Jean-Luc NATIVELLE, Jean-Marie FREY, Jean-Marie Schaeffer, Joël GAUBERT, Julie BEAUTE, Julie CLOAREC MICHAUD, Louis PICHOT, Michel MALHERBE, Nadège LANEYRIE DAGEN, Nadia TAÏBI, Olivier SCHEFER, Philippe CORMIER, Patrick LANG, Philippe COULANGEON, Sylvain PORTIER, …

 

Mercredi 8 mars. 18h30-20h00, Passage Sainte-Croix à Nantes

Conférence de Julie Cloarec-Michaud :

« Y a-t-il un sens à la recherche du beau ? »

Julie Cloarec-Michaud

Julie Cloarec-Michaud mène une carrière à la fois artistique et philosophique. Danseuse professionnelle et assistante chorégraphe au sein de la compagnie NGC25 – Hervé Maigret, elle est également docteure en philosophie et a soutenu sa thèse à la Sorbonne, sous la direction de Michel Bitbol, en décembre 2013. Depuis, Julie Cloarec-Michaud poursuit ses activités dans ces différents domaines. Elle est également artiste-auteure et collabore avec plusieurs artistes plasticiens et artistes numériques. Elle donne régulièrement des conférences et des cours en écoles supérieures d’Arts Appliqués, à l’Université Permanentes de Nantes, ou à l’Ecole Supérieure d’Architecture de Nantes, tout en s’investissant pleinement dans sa carrière artistique.

Jeudi 9 mars. 16h00-17h10, Musée d’Arts de Nantes, Auditorium

Présentation : Pour la réouverture du Musée d’Arts de Nantes en 2017 Susanna Fritscher avait exposé dans le vaste patio une installation intitulée Rien que de l’air. Quand la Société du Grand Paris convie l’artiste quelques mois après à réaliser une œuvre dans l’une des 68 gares du nouveau métro, celle de Saint-Maur – Créteil, le projet qu’elle propose est fortement inspiré de son expérience nantaise.

Pour les Rencontres de Sophie, Susanna Fritscher invite Cyril Trétout, architecte auquel est confié la maitrise d’œuvre de la gare. Ensemble ils évoquent leur projet qui au-delà des limites entre architecture et art crée un seul et même espace sensible. La notion de beauté est ainsi diffusée dans l’environnement architectural et serait portée par l’attention et le regard du voyageur – visiteur.

Samedi 11 mars. 11h00-12h, Musée d’Arts de Nantes, Auditorium

Conférence de Olivier Schefer :

« Qu’est-ce que la beauté ? »

Olivier Schefer

Présentation : À l’heure où le numérique et les Intelligence Artificielles semblent en mesure de créer de « belles » images, d’écrire des textes sur commande, de produire des œuvres, où en sommes-nous avec la beauté ? Pour être belle une œuvre doit-elle être parfaite et harmonieuse ? Disposons-nous de critères objectifs nous permettant d’identifier une belle œuvre ? Est-ce même souhaitable ? En contextualisant les avancées technologiques contemporaines dans une histoire de la longue durée, nous interrogerons divers usages modernes du beau qui en réécrivent l’histoire et en modifient le sens.

Olivier Schefer est philosophe, écrivain, et maître de conférence en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Traducteur et interprète de Novalis, il consacre ses travaux aux échos contemporains du romantisme. Il a notamment publié un roman : Un saut dans la nuit, Arléa, 2021, ainsi que plusieurs essais dont : Figures de l’errance et de l’exil. Cinéma, art et anthropologie, Rouge profond, 2013, et Mélanges romantiques. Hérésies, rêves et fragments, Le Félin, 2013.

Samedi 11 mars. 14h00-15h30, Musée d’Arts de Nantes, Auditorium

Débat entre Henri Elie et Philippe Coulangeon,

animé par Jean-Luc Nativelle :

« Le jugement esthétique est-il universel ? »

 

Philippe Coulangeon

Philippe Coulangeon est sociologue et directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié : Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Grasset, 2011, et Culture de masse et société de classes, PUF, 2021.

Présentation : On peut faire deux lectures de cette question. La première est de s’interroger sur le caractère ambigu du jugement esthétique : si nous disons spontanément qu’une chose est belle, nous ne pouvons pourtant faire la preuve que sa beauté est objective et établir que nous devrions tous la juger ainsi. La deuxième est de poser le problème de l’accès au jugement esthétique : sommes-nous égaux dans notre capacité d’émotion et d’appréciation du beau, ou bien soumis à des conditionnements sociaux qui orientent nos goûts, nos centres d’intérêt ? La philosophie et la sociologie nous donnent des outils différents pour penser ces deux lectures ; reste à savoir s’ils sont compatibles, voire complémentaires, ou bien au contraire inconciliables.

Henri Elie est professeur honoraire de philosophie en classes préparatoires et ancien Inspecteur pédagogique de philosophie.

Jean-Luc Nativelle enseigne la philosophie en Classes Préparatoires à Angers. 
Il est l’auteur de plusieurs romans dont : Le Promeneur de la presqu’île, prix de l’Académie de Loire-Atlantique en 2013, et tout récemment : Collectionneur de figurines, aux éditions Le Vistemboir. Presque tous ses essais sont parus aux éditions M-Éditer dont : Une Lecture de Spinoza, 5 clés pour entrer dans L’Éthique, 2018.

samedi 11 mars et dimanche 12 mars de 15h à 16h30,

Art & philo pour les 7/9 ans :

Autour de la beauté, Musée d’Arts de Nantes, avec Aurélie Lamarre

Présentation : Dans le cadre des Rencontres de Sophie, le Musée d’Arts de Nantes propose des visites-ateliers autour du thème de la beauté. Qu’est ce que la beauté ? L’art est- il toujours beau? Perçoit-on la beauté avec sa tête ou avec son cœur ? Ce qui n’est pas beau est-il forcément laid ?

Après avoir découvert une sélection d’œuvres des collections du musée avec une médiatrice culturelle, les enfants participeront à une discussion philosophique. Celle-ci sera facilitée par une animatrice philo.

———————-

6€ (enfant non résident de la métropole nantaise)

4€ (enfant résidant dans la métropole nantaise)

2,5€ (enfant détenteur de la Carte blanche)

Les ateliers pour les enfants à partir de 4 ans se font sans l’accompagnement d’un adulte.

Sur réservation à l’accueil-billetterie du musée ou sur www.museedartsdenantes.fr

Samedi 11 mars. 16h00-17h00, Musée d’Arts de Nantes, Auditorium

Conférence de Jean-Marie Schaeffer :

« L’expérience esthétique »

Jean-Marie Schaeffer

Jean-Marie Schaeffer est philosophe et directeur d’études à l’EHESS. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages portant essentiellement sur l’esthétique. On peut citer : L’expérience esthétique, Gallimard, 2015 ; La fin de l’exception humaine, Gallimard, 2007 ; Adieu à l’esthétique, PUF, 2000.

Samedi 11 mars. 17h30-18h30, Musée d’Arts de Nantes,

Conférence de Patrick Lang :

« La beauté est-elle le critère le plus pertinent pour apprécier les œuvres musicales ? »

Patrick Lang

Présentation : Quels sont les critères esthétiques qui pourraient guider la critique musicale ? La beauté semble s’imposer, s’il est vrai que la musique est l’un des beaux-arts. Mais il n’est pas aisé de déterminer en quoi consiste la beauté en musique. Aussi d’autres critères, tels que perfection, profondeur, grandeur, nouveauté, doivent être envisagés pour juger les œuvres. On soutiendra en dernière instance que le critère de la cohérence contraignante est décisif en la matière, et que la beauté n’en est qu’un appât.

 Patrick Lang est enseignant-chercheur en philosophie et musique à Nantes Université. Agrégé et docteur en philosophie, agrégé d’allemand, il a aussi été formé à la direction d’orchestre et de chœur aux côtés de Sergiu Celibidache. Ses publications multiples en français, en allemand ou en anglais portent aussi bien sur la musique et les musiciens que sur l’éthique phénoménologique. Ses recherches actuelles portent sur la phénoménologie des émotions.

Jeudi 16 mars. 15h00-18h, Université de Nantes, amphi A du bâtiment Tertre

Conférence de Bernard Sève :

« Trois concepts de la beauté artistique »

Bernard Sève

Présentation : Le concept de beauté n’est pas le seul que nous employons pour caractériser certains objets naturels (une belle fleur) ou certains produits artistiques (un bel opéra) ; d’autres mots sont aussi utiles, comme joli, sublime, gracieux, pathétique, etc. Mais « beauté » a assurément un privilège, comme s’il exprimait au mieux le cœur de nos expériences esthétiques.
Ce concept n’est cependant pas aussi simple que sa popularité pourrait le laisser croire. Une musique est-elle belle au même sens qu’un statue l’est ? Ce n’est pas certain, les types de plaisir ou d’émotion esthétique suscités par ces objets étant assez différents.
Trois concepts différents de la beauté me paraissent pouvoir être dégagés, selon qu’on parle de beauté picturale, de beauté poétique ou de beauté musicale. Il n’est pas pertinent de vouloir réduire la diversité de ces sens, en pensant par exemple toute beauté artistique sur le modèle de la beauté picturale ou de la beauté poétique. La distinction de ces trois concepts n’empêche néanmoins pas une nécessaire souplesse dans leur usage, la souplesse n’étant pas ici facilitée, mais prise en compte du fait que les arts ne sont pas des réalités étanches.

Bernard Sève est professeur émérite en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Lille. Il travaille principalement en philosophie de la musique (L’Altération musicale, ou ce que la musique apprend au philosophe, Seuil, 2002 et 2013 ; L’Instrument de musique, une étude philosophique, Seuil, 2013, ainsi que de nombreux articles). Il est également l’auteur d’un ouvrage sur l’usage des listes (De Haut en bas, philosophie des listes, Seuil, 2010), et travaille par ailleurs sur la pensée de Montaigne (Montaigne, des règles pour l’esprit, PUF, 2008, et de nombreux articles).

Vendredi 17 mars. 17h00-18h00, Théâtre de Saint-Nazaire

Conférence de Bernard Sève : « Trois concepts de la beauté artistique »

Bernard Sève

Présentation : Le concept de beauté n’est pas le seul que nous employons pour caractériser certains objets naturels (une belle fleur) ou certains produits artistiques (un bel opéra) ; d’autres mots sont aussi utiles, comme joli, sublime, gracieux, pathétique, etc. Mais « beauté » a assurément un privilège, comme s’il exprimait au mieux le cœur de nos expériences esthétiques.
Ce concept n’est cependant pas aussi simple que sa popularité pourrait le laisser croire. Une musique est-elle belle au même sens qu’un statue l’est ? Ce n’est pas certain, les types de plaisir ou d’émotion esthétique suscités par ces objets étant assez différents.
Trois concepts différents de la beauté me paraissent pouvoir être dégagés, selon qu’on parle de beauté picturale, de beauté poétique ou de beauté musicale. Il n’est pas pertinent de vouloir réduire la diversité de ces sens, en pensant par exemple toute beauté artistique sur le modèle de la beauté picturale ou de la beauté poétique. La distinction de ces trois concepts n’empêche néanmoins pas une nécessaire souplesse dans leur usage, la souplesse n’étant pas ici facilitée, mais prise en compte du fait que les arts ne sont pas des réalités étanches.

Bernard Sève est professeur émérite en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Lille. Il travaille principalement en philosophie de la musique (L’Altération musicale, ou ce que la musique apprend au philosophe, Seuil, 2002 et 2013 ; L’Instrument de musique, une étude philosophique, Seuil, 2013, ainsi que de nombreux articles). Il est également l’auteur d’un ouvrage sur l’usage des listes (De Haut en bas, philosophie des listes, Seuil, 2010), et travaille par ailleurs sur la pensée de Montaigne (Montaigne, des règles pour l’esprit, PUF, 2008, et de nombreux articles).

Vendredi 17 mars. 18h30-19h30,Théâtre de Saint-Nazaire

Entretien avec Jean-Christophe Bailly :

« La beauté de la nature »

animé par Vincent Grégoire

Jean-Christophe Baillly

Jean-Christophe Baillly est né en 1949 à Paris. Il est l’auteur de nombreux livres, avant tout des essais mais aussi des poèmes et des récits de voyage. Les façons d’habiter (humaines ou animales), les images et, bien sûr, le langage sont les principaux axes de sa réflexion. Le Dépaysement (2011) est son livre le plus connu.
Récemment parus : Naissance de la phrase (Nous, 2020) et Paris quand même (La Fabrique, 2022). Sur la peinture et la photographie : L’Imagement (Seuil, 2020) et Une éclosion continue (Seuil, 2022).

Vincent Grégoire est agrégé de philosophie et docteur en philosophie. Il enseigne au Lycée Jean-de-Lattre-de-Tassigny de La Roche-sur-Yon

Vendredi 17 mars. 21h00 Cinéma, Salle Jacques Tati de Saint-Nazaire

« All about Eve » de Joseph Mankiewicz

suivi d’un entretien avec Murielle Joudet

Présentation : Ève (All About Eve) est un film américain réalisé par Joseph L. Mankiewicz et produit par la Twentieth Century Fox, sorti en 1950, et lauréat de six oscars.

Le prix Sarah-Siddons, attribué à la meilleure actrice de théâtre de l’année, est décerné à Ève Harrington que toute l’assemblée applaudit, sauf deux femmes … et leurs maris. Celles-ci, par l’entremise d’un long flashback, nous apprennent « tout sur Ève »…

 

Murielle Joudet est critique de cinéma au Monde, elle participe à l’émission Le Cercle (Canal+) et anime une émission d’entretiens sur le site Hors-série. Elle a publié deux essais consacrés à des actrices : Isabelle Huppert : Vivre ne nous regarde pas (Capricci, 2018) et Gena Rowlands : On aurait dû dormir (Capricci, Prix 2021 du livre de cinéma) et, récemment, aux éditions Premier parallèle, La Seconde Femme, un essai sous-titré : Ce que les actrices font à la vieillesse.

 

Lieu : Salle Jacques Tati, 33 boulevard Victor-Hugo, 44600 – Saint-Nazaire

Samedi 18 mars. 11h00-20h00, Théâtre de saint-Nazaire

ABÉCÉDAIRE de « La beauté »

Présentation : L’abécédaire est une performance philosophique collective, souvent imitée mais jamais égalée, lors de laquelle des philosophes vous proposent d’approfondir philosophiquement le thème de La Beauté en vous proposant, dans des styles différents, des approches du thème originales lors de courtes interventions de moins de 20′. L’auditeur peut ainsi venir, au choix, entendre quelques-unes de ces interventions ou, performance oblige, il peut choisir de s’immerger complètement pendant 8h de philosophie sans interruption !

11h 00   A – Agréable, Camille DREYFUS-LE FOYER
11h 25   B – Bonheur, André GUIGOT
11h 50   C – ChatGPT, Jean-Luc NATIVELLE
12h 15   D – Dévoilement, Nadia TAÏBI
12h 40  E – Enseigner, Joël GAUBERT
13h 05  F – Football, Franck ROBERT
13h 30  G – Geste, Evelyne GUILLEMEAU
13h 55   I – Insidieux, Boris MISURA
14h 20   J – Juger, Jean-Claude PINSON
14h 45   K – Kalos kagathos, Camille MOUFLIER
15h 10   L – Laid, Catherine DROUET
15h 35   M – Mignon, Sylvain PORTIER
16h 00   O – Objectal, Jean-François CREPEL
16h 25   Q – « gros Q », Céline BELLOQ
16h 50   R – Rhétorique, Michel MALHERBE
17h 15    S – Sublime, Bethsabee PARRY
17h 40   T – Tragique, Cyril HUNAULT
18h 05   U – Universelles, Philippe CORMIER
18h 30   V – Vivacité, Louis PICHOT
18h 55   W – Wigman, Julie CLOAREC-MICHAUD
19h 15   Z – Zeuxis, Jean-Marie FREY

Samedi 18 mars. 11h-12h, Théâtre de Saint-Nazaire
Conférence d’Eric De Chassey :

« Une œuvre d’art doit-elle être belle ? »

Éric de Chassey

Éric de Chassey est directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, ancien directeur de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis. Spécialiste de l’art contemporain, il a notamment publié plusieurs ouvrages consacrés à Matisse, ainsi que : Platitudes. Une histoire de la photographie plate, Paris, Gallimard, 2006 ; Pour l’histoire de l’art, Arles, Actes Sud, 2011 ; L’abstraction avec ou sans raisons, Paris, Gallimard, 2017.

Samedi 18 mars, 14h-15h30, Théâtre de Saint-Nazaire
Table ronde avec Eric de Chassey, Sophie Levy et Rozenne Le Merrer, animée par Aurélie Dourmap :

« Pourquoi les BEAUX-Arts ? »

Présentation : Pourquoi, à Nantes, une école des Beaux-Arts ? Et, toujours à Nantes, un Musée d’Arts ? Pourquoi conserver la référence à la beauté dans la formation de jeunes plasticiens, alors même que la place du concept dans l’art contemporain est très problématique ? Et quel sens concret et pédagogique donner à cette notion volontairement maintenue ? Pourquoi à l’inverse abandonner l’idée de Beaux-Arts, alors même que se trouvent au Musée d’Arts quantité d’œuvres dont c’est peu dire qu’elles sont belles ?
Il s’agira ici de croiser les regards pour éclairer autant que possible cette relation à la fois intime et conflictuelle entre l’art et la beauté.

Sophie Levy est Directrice conservatrice du Musée d’Arts de Nantes
Rozenn Le Merrer est Directrice de l’Ecole des Beaux-Arts de Nantes-St-Nazaire
Aurélie Dourmap est professeure agrégée d’Arts Plastiques au Lycée Guist’hau de Nantes

Samedi 18 mars. 16h00-17h00, Atelier du Théâtre de Saint-Nazaire
Conférence dansée, de Julie Cloarec-Michaud et Mickaël Lafontaine :

« La beauté du geste, ou le gai savoir du danseur »

Julie Cloarec-Michaud

Mickaël Lafontaine

Présentation : Cette « conférence dansée » allie philosophie, danse et art numérique. Julie Cloarec-Michaud, avec Mickaël Lafontaine, proposent une expérience immersive au plus près de la réflexion, du mouvement et de la poésie. Lorsque Nietzsche écrit : « Je ne vois pas ce que l’esprit d’un philosophe pourrait désirer de meilleur que d’être un bon danseur ? », il remet en cause, d’un revers d’aphorisme, la distinction entre theoria et praxis. Peut-on penser la danse ? Danser la pensée ? Et si ces questions ne signifiaient rien ? Et si danser, c’était penser, et penser, c’était danser ? Alors, à tout apprenti philosophe curieux de comprendre le monde il ne suffirait plus de dire « Connais-toi toi-même », mais bien plutôt de lui demander « et si on dansait ? ». Enjoindre à la connaissance comme on incite à la danse c’est assumer une pensée vivante et en mouvement qui se déleste sans cesse des carcans immobiles et menaçants de la certitude. Alors dansons ! Ne serait-ce que pour la beauté du geste !

Julie Cloarec-Michaud mène une carrière à la fois artistique et philosophique. Danseuse professionnelle et assistante chorégraphe au sein de la compagnie NGC25 – Hervé Maigret, elle est également docteure en philosophie et a soutenu sa thèse à la Sorbonne, sous la direction de Michel Bitbol, en décembre 2013.

Mickaël Lafontaine, artiste numérique franco-canadien œuvrant dans le domaine du mapping et des animations interactives.

Samedi 18 mars, 17h30-18h30 Théâtre de Saint-Nazaire
Conférence de Nadeije Laneyrie-Dagen

« La beauté des corps : dissensions et crises »

Nadeije Laneyrie-Dagen

Présentation : La Grèce a inventé la beauté, sous la forme de statues : des Apollon et des Vénus qui ont servi, des siècles durant, de référence. Cette référence, cependant, est loin d’être universelle. Une sculpture africaine qui représente un corps, un visage, peut nous frapper par sa beauté : mais c’est pour des raisons qui n’ont rien à voir avec ce que nous définissons comme harmonieux dans une statue antique, que nous utilisons le mot « beau » à leur propos. L’histoire des crises de la beauté nous retiendra dans cette communication : l’apparition d’un type de corps adverse, celui, musclé, expressif, souffrant, du Laocoon, à l’époque hellénistique ; le refus de la représentation de beaux corps, au Moyen Âge ; le transfert du modèle des marbres dans le pigment et la couleur à la Renaissance, et la tension que les corps ainsi rendus sensuels provoquent dans le monde chrétien, à l’époque de la Réforme et de la Contre-Réforme ; le dilemme, enfin, entre perfection froide et réalité imparfaite touchante – réalisme contre idéal – à partir de Caravage et jusqu’à Courbet. Soit une exploration de long terme, forcément partielle, faite de fragments épars pour changer un peu nos idées sur le beau en art.

Nadeije Laneyrie-Dagen est historienne d’art, enseignante à l’Ecole Normale Supérieure. Elle est l’auteure d’ouvrages thématiques (dont L’Invention du corps, édité et réédité chez Flammarion), de monographies (Rubens, chez Hazan), de manuels (Lire la peinture, Larousse ; Histoire de l’art pour tous, Hazan), et d’un roman, l’Etoile brisée chez Gallimard).

Samedi 18 mars. 20h15 Théâtre de Saint-Nazaire

Diffusion d’un entretien avec Bruno Latour par Nicolas Truong,

en partenariat avec ARTE :

« C’est tellement beau la philosophie ! »

Présentation : À l’automne 2021, le philosophe et sociologue Bruno Latour déroulait face à Nicolas Truong ses réflexions sur le nouveau monde qui s’impose, dans une série d’entretiens diffusés sur la chaîne ARTE. Le Théâtre propose, en partenariat avec ARTE, de découvrir l’un des épisodes de cette série.

Samedi 18 mars. 20h30-22h00 Théâtre de Saint-Nazaire
Débat avec Julie Beauté, Jean-Claude Pinson et Agnès Levitte, animé par Pascal Massiot :

« Qu’est-ce qu’une belle ville ? »

Julie Beauté

Agnès Levitte

Présentation : La beauté d’une ville est souvent réduite à celle de ses monuments, ou à celle d’un paysage urbain harmonieux, soigneusement préservé et esthétiquement cohérent, le plus souvent du fait de l’histoire ou d’un projet urbanistique précis. On tend parfois à accentuer encore cette dimension patrimoniale, en esthétisant de façon plus ou moins heureuse ses rues et avenues, en tentant d’y inscrire, de gré ou de force, des expérimentations artistiques, ou en muséifiant purement et simplement son cœur historique. Il s’agira de débattre de ce que pourraient être une autre beauté de la ville, pensée à partir de ses marges, des ses friches, de ses non-lieux, de ses habitants aussi et de sa vie réelle, par les ressources communes de la poésie, de la philosophie et de l’historie de l’art.

Julie Beauté est doctorante en philosophie contemporaine aux Archives Husserl (ENS Ulm, PSL) et ATER au sein de l’UMR ADES (Aix-Marseille Université). Ses recherches, mêlant des analyses philosophiques, biologiques et architecturales, proposent un renouvellement du lien entre architecture et écologie. Elle s’intéresse notamment au rôle des agents humains et autres qu’humains dans la conception de l’architecture, en s’appuyant sur les humanités environnementales, les nouveaux matérialismes, les épistémologies féministes et la philosophie de terrain. Elle est l’autrice de plusieurs textes, dont le chapitre « Vers des esthétiques situées » de l’ouvrage La Beauté d’une ville, publié par le Pavillon de l’Arsenal et Wildproject en 2021.

Agnès Levitte est chercheuse attachée au CRAL (Centre de Recherche sur les Arts et le Langage) EHESS/CNRS . Elle a fait partie des premières équipes du Centre de Création Industrielle du Musée des Arts Décoratifs de Paris, de l’Ecomusée du Creusot et du Centre Pompidou, en tant que responsable de concours et de plusieurs expositions sur le design industriel. Elle a par ailleurs dirigé l’Ecole de design des Pays de la Loire, et publié, entre autres ouvrages : Regards sur le design urbain – intrigues de piétons ordinaires, Paris, Le Félin, 2013, et Pour une esthétique de l’ordinaire. Nantes, Les Ateliers de la Recherche en design Publication de l’Université de Nîmes, 2008.

Jean-Claude Pinson a longtemps enseigné la philosophie de l’art à l’Université de Nantes. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, livres de poésie, récits et essais. Parmi ses derniers titres : Là (L-A, Loire-Atlantique) : Variations autobiographiques et départementales – suivi de Frères oiseaux, Joca Seria, 2018 ; Pastoral, De la poésie comme écologie, Champ Vallon, 2020 ; Sur Pierre Michon, trois chemins dans l’oeuvre, Fario, 2020.

Pascal Massiot est journaliste et responsable éditorial de Pop’ média, média nantais citoyen, numérique et coopératif.

Jean-Claude Pinson

Pascal Massiot

À l’occasion des Rencontres de Sophie

« La beauté »

des 8, 9, 11, 16 mars à Nantes et

des 17, 18 mars 2023 au Théâtre de Saint-Nazaire

voici la bibliographie et la vidéothèque des Editions M-Editer partenaire éditorial de Philosophia

Vidéothèque de 51 conférences